vendredi 1 janvier 2016

Quand je me suis réveillé un matin...Vétéran !!!

Pratiquant la course à pied en amateur depuis quelques années, j'ai goûté au Trail il y a peu et je pense aimer ça. 
Chercher à repousser ses limites, viser toujours plus haut; plus loin; recommencer jusqu'à y parvenir, être seul face/avec la nature, voilà enfin des raisons de courir qui font sens à mes yeux. 
Cela peut paraitre paradoxal mais à la base je n'aime pas ça, "courir", ça m'ennuie. Sauf que le "mili", oui j'appartiens à cette catégorie socio-professionelle et le revendique, le premier truc qu'on lui apprend à faire c'est mettre un pied devant l'autre, en variant le rythme. Alors que tu aimes ou que tu n'aimes pas, t'as pas le choix: "Tais-toi et avance".
Bien sûr je commence petit dans ce monde, et ne prétends à rien, moi le parisien de base dont le plus haut et plus proche sommet s'appelle la Tour Eiffel. Mais peu importe maintenant je sais pourquoi je cours et ça me plait.

Envoyer au Japon pour raison professionnelle j'y découvre une terre de trail et de traileurs, l'ambiance y est agréable et l'état d'esprit un pur bonheur. J'adhère immédiatement.
Et puis les 40 ans approchent, c'est bientôt la bascule, on se dit qu'il va peut être falloir se sortir les doigts et marquer le coup. Une course ultime, un truc qui marque à vie, voilà ce qu'il me faut. 
La crise de la quarantaine ? diraient certains, que nenni, juste l'envie de se sentir exister. 
Alors, au Japon quoi de mieux que l'UTMF, l'Ultra Trail du Mont Fuji, déclinaison officielle nippone de l'UTMB, un 100 miles à boucler en moins de 44 heures? 
A voté, ce sera celle-ci.

Sauf que courir honorablement l'UTMF et le finir, ça se prépare: l'entrainement d'abord, la connaissance du terrain ensuite mais surtout gratter les points nécessaires pour prétendre au ticket d'entrée. 
Quant au tirage au sort, faudra composer avec la chance. 
Alors, pour y arriver, je me suis fixé 2016 comme RVO, l'année de mes 40 piges, l'année où je deviens..."Vétéran".

Haaa !!Vétéran, l'appellation de vieux quand tu l'entendais gamin. Voilà que j'en suis.
Je suis devenu le vieux de ma jeunesse. 
Etonnamment l'idée me plait bien. Une raison de plus pour se jeter dans la bataille et en tirer le meilleur. La fierté de montrer à ses enfants ce qu'un "vieux" est capable de faire. Et tant qu'à faire des sacrifices et se faire mal autant qu'il y ait de la pédagogie dedans.
Donc voilà, je débute cette histoire à l'aune de mes 40 ans, pour le plaisir de partager mes expériences de courses dans un pays fantastique: le Japon. 
Quand je me suis réveillé un matin....vétéran !!! ....


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire