dimanche 10 juillet 2016

Spatrail - Shima to Kusatsu - STSK 72


Deuxième fois pour cette Spatrail STSK 72, qui est à mon sens une des courses à faire au Japon. Cette fois, je suis en terrain connu, pas moyen de se défiler faudra faire mieux que l'année dernière.
Deux distances sont au programme 72 et 38 kilomètres. Je ne parlerai que de la 72, la 38 couvrant la seconde moitié de sa cadette, c'est du pareil au même.
Le départ de l'édition 2016, la 3ème à ce jour, a été donné dimanche 26 juin à 05h00. Le rendez-vous est donc calé annuellement le dernier week-end de juin.
Les données numériques:
72,7 km
4610m D+
4015m D-
Temps max: 13h00
Tracé: Aller simple.
Trail: 72,1%
Inscription: 18 000 Yens
Nombre de places: 1000


La course en elle même n'est pas d'une grande difficulté technique, les chemins sont majoritairement larges, du single juste ce qu'il faut pour se donner un peu de stress à flanc de paroi, et le terrain aura pitié des chevilles et des genoux. Les ascensions sont progressives, on est pas dans la grimpette mains/pieds, quant aux descentes elles sont sans risques à une ou deux exceptions près. Sur la distance on peut considérer cela soft. Parsemée de petits moments sympas comme ce up and down sur des escaliers/échelles de fortune qui marquent bien les esprits et les jambes.
C'est un trail que l'on peut considérer comme rapide, avec des conditions météo comme dimanche, temps ensoleillé, température de 20 à 25°C, sachant que l'on court en sous-bois, le premier met 06h56'14''. Une bonne occasion pour se tester.
La plus value de cette course c'est son cadre. Campée dans les montagnes de la préfecture de Gunma, son but premier est de faire découvrir la région et ses fameux Onsen (sources d'eau chaude). Autant le dire tout de suite cela se ressent dans l'organisation et le week-end demande un certain budget, mais la qualité est là et le souvenir impérissable... on en redemande.
Après avoir déposé les voitures au parking à l'arrivée (Kusatsu), on prend la navette (ne pas oublier  de réserver sa place à l'avance) direction le gymnase de Nakanojo pour le contrôle du matos obligatoire, le retrait du dossard et le briefing.
Contrôle du matériel et retrait des dossards

Briefing
Ensuite re-navette (comprise dans l'inscription ce coup-ci) pour rejoindre le village de ShimaOnsen et passer une courte nuit avant le départ. 
Village de Shima Onsen
On ne peut pas y couper, il faut réserver sa nuit dans une auberge traditionnelle (Ryokan), le choix est vaste tout comme les tarifs à la condition de ne pas attendre le dernier moment pour faire son choix. Grosso modo 1000 coureurs qui débarquent le même week-end, le village affiche complet 2 mois avant le départ.
Ryokan Yoshimoto


Repas traditionnel dit Washoku, Onsen (pour le bain), coucher Tatami/futon, le tout dans un cadre Japon traditionnel, que le béton de Tokyo parait loin tout à coup, mais c'est du plaisir à l'état brut. 

Seul ombre au tableau, le réveil à 03h00 qui met fin au rêve et rappelle brutalement les raisons du séjour dans ce paradis. Le temps d'enfiler le short, d'emporter tout son matos et de récupérer sa paire de running en sortant de l'auberge (mef' les adeptes de la chaussette trouée, la déchausse est obligatoire en entrant), c'est partit pour rejoindre le départ et la dépose des sacs.
Quand faut y aller
Faut y aller
Avantage du Japon, le soleil commence à se lever vers 04h00 du matin à cette période, se sera donc un départ au petit jour. La frontale est conseillée (pour les derniers) mais pas obligatoire au contrôle du matériel à Nakanojo, par conséquent elle pourra être remisée avant de fermer le sac contrairement à la clochette à ours, un grand classique ici, qui va rythmer tout le parcours et à laquelle on fini par s'habituer contre tout attente...sinon un bout de scotch et le tour est joué.
Le départ est donné à 05h00.
Niveau ressentit ce n'est pas ça dès le début de la course. La nuit a été chaotique pour une raison qui m'échappe encore et le petit déj' me reste sur l'estomac pendant les deux premières heures de course. Moi qui était gonflé à bloc avant de venir avec de gros espoir par rapport à mon chrono de l'an passé me voilà vite calmé. Je pars malgré tout en tête pour ne pas me laisser enfermer comme au Mt Hiei, même si les chemins sont plus larges. Forcément ce n'est pas vraiment mon allure, je suis au-dessus mais je maintiens, le temps que tout ce beau monde s'étire un peu.
(clichés 2015)
Malgré tout je conserve un bon rythme et commence à gratter du temps. Le tracé est classique, sans réelle difficulté technique, avec alternance de sous-bois et de grands espaces. Avec 30 minutes d'avance à mi-course, l'espoir de gagner une heure brille au loin mais ça c'était au ravito.
A l'approche du dernier tiers, la reprise est bonne mais rapidement le manque de jus se fait sentir. Au ravito suivant je me gave mais c'est déjà trop tard, j'ai merdé dans mon alimentation à un moment et les réserves sont vides, je n'ai plus rien dans le sac. La fin s'annonce mal, passant par toutes les couleurs, le moral est au plus bas mais il faut s'accrocher. Tout ça c'est chimique, le temps d'assimiler des gels et ça va repartir...
...et comme prévu, au bout d'un moment ça repart. Je commence à me sentir physiquement revigoré et surtout le mental est de retour, tout redevient possible, limite comme si de rien n'était alors que quelques minutes auparavant l'abandon semblait l'unique porte de sortie. Tout est dans la tête et c'est tellement vrai.
Finalement je vais limiter la casse en maintenant mon avance de première partie sans rien gratter sur la suite, tant pis c'est déjà ça de pris, et l'objectif de passer sous la barre des 100 premiers est atteint. Bilan positif, les enfants seront fiers, papa a tenu sa parole. Une belle occasion d'arborer les couleurs d'E-Motion Trail et ses partenaires Brooks, BV Sport et Isostar.
Et bien sûr, après un trail rien de tel qu'un petit Onsen pour se laver d'abord et se détendre ensuite, arrivé à Kusatsu c'est pas le choix qui manque mais plutôt le temps car il faut songer à rentrer après.

Encore 3 heures de route avant de rejoindre Tokyo.
Prochain rendez-vous dans trois semaines. 
See you.

La vidéo de l'édition 2015:

Le site de la spatrail.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire