dimanche 28 février 2016

Amami Jungle Trail


Amami Jungle Trail, le 14 février. Quelques semaines auparavant j'étais à des années lumières de penser la courir et pour cause c'est le jour de la St Valentin et Amami Ôshima c'est là:

J'aime le trail mais là tout de même, prendre l'avion pour courir 50 bornes c'était à la limite du non sens à mes yeux...mais ça c'était avant.
Résumé de la genèse du chaos:
Vacances en famille, au pied du Mt Fuji, auberge traditionnelle, c'est la nouvelle année, on se détend comme tout bon japonais. 2 minutes à tuer, un coup d'oeil sur l'iPhone, tiens un tweet de l'UTMF, l'annonce des dates pour l'ouverture des inscriptions, cool l'année commence fort, un rappel des points nécessaires.....Et là le blanc. Je relis. Je calcule. Y a pas photo il me manque 1 point. Je recalcule à nouveau, non rien n'y fait, y a une couille dans le potage, j'en ai pas assez. Il en faut 6 en 3 courses, j'en ai 5 en 2. Mais bordel pourquoi ?


Simple j'ai raté l'info du changement de bareme entre 2015 et 2016. B....l de M...e
Et maintenant comment faire à deux mois des inscriptions ? Vite la liste des courses qualificatives, ok il en reste 2, la première est full, génial, quant à la seconde y a de la place, excellent .... mais c'est au nord d'Okinawa, un 14 février, faut prendre l'avion, 2 nuits d'hôtel, et tout, et tout. Bon va falloir négocier serré avec madame au risque de plomber l'ambiance de fin de séjour.
Et voilà comment je me suis retrouvé là:
Pour atterrir là:
Le coté amusant du voyage fût de s'apercevoir à mesure que le temps passait que le quasi-totalité des passagers avaient le même but que moi. Sympa, un vol de Traileurs.

Les données numériques:

50 km
3200m D+ (étonnament l'ITRA donne 1200m, ma suunto 1460m)
Temps max: 9h00
Tracé: Aller simple
Trail: 93%
Inscription: 8 000 Yens
Nombre de places: 300

Alors biens sûr avant le départ les potes étaient unanimes "excellent, tu vas voir c'est génial, la mer est superbe, les filles tout autant, tu vas passer un week-end de rêve".
Bah tiens, sauf que bibi il a droit au seul week-end pourri de l'année:
Donc la mer t'oublie car elle est froide et démontée et les filles... bah j'en sais rien, les ai pas vu.
De toutes façons peu m'importe je suis là dans un seul but: "gratter le point manquant".
Alors retrait du dossard et briefing.

La course fait partie d'une série "Trail Runner Race Series" organisée par "OSJ" pour Outdoor Sport Japan. De distances variables, réparties sur toute l'année et en divers points du Japon, un défi à relever pour qui veut compléter l'ensemble.
Amami Jungle compte un 20 et un 50 km. Deux départs différents pour une même arrivée.
Pour nous ce sera 50k ambiance tropicale, d'où le Jungle, et donc très humide, ça tombe bien il flotte en ce moment même. Niveau technique rien à signaler, on est majoritairement sur du chemin carrossable, ça devrait bien se passer.
Allez pour oublier le mauvais temps, un apéro de bienvenue pour tout le monde, bière ou sodas au choix. Le buffet part en moins de deux, un poil sous dimensionné sur le coup, résultat mes camarades de courses se rabattent sur les bières. Certains se mettront une charge la veille de la course, j'en reste encore ébahi.

Bon on ne se laisse pas abattre pour autant, retour à l'hôtel dans le noir et sous la pluie.
Vu que l'île est tout de même bien isolé, l'organisation avait prévu des packages avion+hotel et c'est grâce à cette formule ( +/- 60 000 Yens) que j'ai pu me rendre sur place si simplement. Je vous l'accorde, ça commence à faire cher le point manquant ou l'info ratée, selon de quel point de vue on se place.
L'avantage de ces endroits reculés c'est le cout de la vie, dérisoire comparé à Tokyo. Bien qu'on puisse également manger pour pas cher dans la capitale, ici un Shaba-shabu complet pour 10 euros ça ne se refuse pas.
Comme nous sommes tous descendus dans des hôtels à "l'Arrivée", la journée débute par une caravane d'autocars qui nous emmènent au point de départ. C'est l'inconvénient des courses en Aller Simple.
Nous embarquons donc à 06h00 pour un départ calé à 08h00. 

162 coureurs sur la ligne, c'est ambiance bon enfant. Il bruine.

La cadre est sympathique et change littéralement de ce que j'ai l'habitude de voir, surtout niveau végétation. D'ailleurs la majeure partie du tracé est en forêt et de rares percées nous offrent un panorama de l'ile. Le mauvais temps gâche un peu la fête sans que cela soit réellement pénalisant. 

Au contraire, la température est agréable et l'absence de soleil rend l'humidité plus supportable. Au final des conditions de courses plutôt bonnes.
D'ailleurs cela ne me réussit pas trop mal si j'exclus une soudaine crampe dans le sentier en dévers juste avant l'arrivée (comme une sensation de déjà vécu mais j'en reparlerai ultérieurement) qui m'oblige à concéder une place, que j'aurais toutefois pu reprendre au moment de ce cliché:
Mon adversaire s'étant arrêté devant moi pour le faire, je me sentais petit de reprendre ma place a ce moment là, j'en ai donc fait autant et ai terminé derrière lui.

Au final:
5h20'53"
23ème au général

Sauf que... ça ne s'arrête pas là. Pour la course oui, mais pas pour les coureurs. Le temps de rentrer à l'hôtel se refaire une toilette et rendez-vous pour la Sayonara Party. Et là grosse ambiance; énorme buffet à volonté, boissons idem, la bière coule à flot... ha c'est clair qu'au Japon le trail et la bière ça va de paire, la coutume est ancrée ici aussi.


Donc nous voilà partit pour une soirée de remise des trophées...


...où l'ambiance est carrément partit en vrille.....génial !!!!


Sacré souvenir, l'année démarre fort !!!! 
Et finalement Amami Jungle Trail c'est comme les soirées improvisées entre pôtes, ça fait partie des meilleures. Voilà un point qui vaut de l'or.

Sans trop m'avancer je pense qu'en 2017 je vais m'intéresser au calendrier de la "Trail Runner Race Series" d'OSJ. Petit comité et ambiance famille, je prends.

See you.

Crédits Photo Powersport-OSJtrail.





Aucun commentaire:

Publier un commentaire