dimanche 5 juin 2016

Hiei International Trail Run



Hiei International Trail Run, Trail de légende de 50 km sur les chemins qui serpentent le Mt Hiei (Hieizan). Je dis de légende, car il y a effectivement tout une histoire derrière ce Mont et les chemins empruntés par les coureurs. Une montagne occupée durant des siècles par des moines boudhistes dont la puissance grandissante fit trembler le pouvoir en place et fut le théâtre de nombreuses batailles. Contre toute attente les moines ne sont pas des anges.
Le trail propose de parcourir les sentiers autrefois emprunter par les moines pour se rendre d'un temple à l'autre mais également au-delà, dans cette montagne qui fut autrefois la leur. Il est d'ailleurs amusant de les imaginer arpentant les sentiers en tenues d'époque quand nous courrons équipés dernier cri, ça ne devait pas faire les malins...ou alors nous sommes des petits joueurs.



La course a lieu fin mai, c'est un coup de poker niveau météo. En 2015 il ont eu extrêmement chaud ce qui a accentué la difficulté et fait grimper les DNF. Cette année nous étions mieux lotis, le temps était couvert ce qui a évité au thermomètre de trop grimper, une chance car à Kyoto à ce moment de l'année ça commence déjà à bien chauffer. Autre élément d'importance, la course démarre, fait exceptionnel, un samedi. Ce qui est assez déterminant dans l'organisation, car Tokyo-Kyoto ce n'est pas la porte à coté, il faut compter entre 6 et 7 heures de route.
Ce sera donc un départ dans la foulée du boulot, avec arrêt à l'aire d'autoroute Otsu avant la sortie, histoire de pioncer le temps qu'il reste et d'avaler un petit dej' avant le retrait des dossards au petit matin. Les 20 bornes restantes s'avalant rapidement.


Les données numériques:
50 km
3700m D+
3700m D-
Temps max: 11h00
Tracé: Boucle.
Trail: ??
Inscription: 15 000 Yens
Nombre de places: 1250
Cette course, dont c'est la seconde édition, est organisé par Tsuyoshi Kaburaki, traileur de référence au Japon, également papa de l'UTMF et bien d'autres courses dont la Spatrail un mois plus tard. C'est en partie à partir de son programme que j'ai calé ma saison, Hieizan, Spatrail, UTMF et Izu, j'avais également envisagé la Fairy trail un temps mais le calendrier n'était pas bon. Pour l'anecdote, j'ai connu mon premier abandon l'an dernier sur une de ses courses la Yamada Noboru Mémorial Cup. Motivé pour prendre ma revanche cette année, elle a glissé de juillet à septembre, 2 semaines avant l'UTMF, tant pis ce n'est que partie remise. J'en parlerai surement rétrospectivement car là aussi y a quelque chose.
Cette année Hieizan, en plus de ses élites locales, recevait un coureur international en la personne du Franco-Américain Joe Grant. L'occasion d'un échange très sympathique et d'une dédicace, c'est bon parfois de parler français au Japon.
Le retrait des dossards se fait dans une gigantesque auberge/hotel, dans laquelle il est possible de séjourner la veille de la course à la condition de s'y prendre "à temps".
La course démarre à 09H00, pour la première vague et 20 minutes plus tard pour la seconde.
Le temps entre deux de prendre des clichés souvenirs.


Mais la prochaine fois au lieu de faire le malin j'irai me placer pour partir en tête de peloton car le seul défaut de cette course c'est son départ, pour qui veut faire un temps. Apres avoir traversé deux temples avec Kaburaki-san himself donnant le rythme en tête, on se retrouve tout de suite bloqué en foule compacte au pied des escaliers qui amorcent la première ascension. Et cela va durer ainsi quasiment un bon tiers de la course et ce ne sera pas faute d'envoyer dans les descentes pour tenter de prendre de l'air. Le parcours se compose exclusivement de single, à l'exception d'un petit tronçon de route mais dérisoire au regard du tracé général. Il faut oser et la jouer sauterelle pour passer. Mais pas le choix si on veut caler son propre rythme.
Techniquement c'est le top, et je me sens carrément bien sur ce coup. Compte tenu de la distance, je joue peu l'économie, de toute façon y a pas le choix sous peine de rester coincé au rythme des plus lents que soi. 
Il y a comme des petits airs de Naguri, 2 mois plus tôt, et c'est très plaisant, on se surprend une nouvelle fois à voler dans les descentes pour mieux être à la peine dans les montées. Car ce tracé a cela de pervers, il débute en montant et termine ... en montant également. Mais alors quelle fin, l'apothéose, un mur, ponctué de petits panonceaux d'encouragements annonçant le finish proche. Et si à aucun moment je n'ai stoppé ma course (navré pour les photos) à l'exception des ravitaillements, ce sont à nouveau des crampes qui me saisiront au pied de cette dernière ascension, m'obligeant à m'arrêter et à céder quelques places. Frustrant après tout ces efforts pour remonter ce que le départ nous condamne à perdre. Pour autant je subodore l'origine du mal et il va falloir confirmer cela. 
Mais quelle course, un "must do" pour qui voudrait combiner du tourisme à Kyoto avec le plaisir d'un trail dans un environnement remarquable. Une combinaison de rêve.
Au final ce sera:
07h48'44"
125ème au classement homme
Pour info, Joe Grant fait 10e en 5h58'44".....ça laisse rêveur... mais j'insiste, avec un départ en tête c'est en dizaines de minutes que se compte la différence, pour preuve je fini 4ème de la seconde vague (dossard en 2000), le premier en 07h08'51". A retenter assurément.
Pour ceux qui n'ont pas de voitures, tout est prévu avec les navettes de bus qui ramènent à Kyoto.
Et bien sûr pour conclure ce petit week-end, un Onsen, c'est tradi'.

See you.


Le site.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire