jeudi 20 octobre 2016

Mont Fuji, par Gotemba Trail 5th Station

A défaut d'en faire le tour complet, on se rattrape en faisant l'ascension.
Le mont Fuji a cela de sympa qu'il se situe à 1 heure de voiture de la capitale, quand tout roule bien évidemment. Bon soyons honnête, 60mn de Shibuya à Gotemba, et un bon petit 1/4 d'heure pour rejoindre le parking de la 5ème station. Alors Gotemba ou Gotenba les 2 transcriptions sont possibles.

C'est l'accès le plus proche. Le Fuji compte 4 "voies" d'ascension principale:
- Yoshida Trail
- Fujinomiya Trail
- Subashiri Trail
- Gotemba Trail
Chacune d'entre elle dispose d'un parking de départ situé communément à la 5ème station mais dont l'altitude diffère.
Gotemba et Yoshida sont également accessibles en train. Au départ de la gare le challenge est plus relevé mais également plus emblématique pour Yoshida Trail puisqu'il s'agit d'un chemin qu'empruntaient les moines pour le pèlerinage jusqu'au sommet. Très sympa, j'en parlerai une prochaine fois.
Pour ce qui nous concerne aujourd'hui, la voie Gotemba ou Gotemba Trail est à la fois la plus rapide d'accès en voiture et paradoxalement la moins fréquentée, même en saison haute, car la plus difficile. 
C'est en effet la 5th station la plus basse des 4, départ à 1450m, quand les autres démarrent à 2000 et plus. Mais également techniquement plus dure en raison d'un terrain majoritairement composé de sable volcanique. 
Officiellement le Fuji est ouvert au public de début juillet à fin aout, les dates précises sont annoncées chaque année et dépendent de l'enneigement restant. Les refuges sont uniquement accessibles durant cette période. En dehors de ce créneau, l'ascension est tolérée mais pas le droit à l'erreur. Tant qu'il n'y a pas de neige ça se gère sans soucis en mode Trail running dès lors que l'on s'équipe un minimum. Ca reste la montagne et sa météo changeante surtout à 3776m. Mais une fois recouvert de son manteau neigeux, la donne est tout autre et je ne parlerai pas au nom des randos/alpinistes. 
Là nous sommes le 14 octobre et ça passe parfaitement, à partir de novembre il faut consulter régulièrement la météo pour connaitre l'état du sommet et si possible trouver des photos actualisées. Au delà, l'équipement change et on ne joue plue dans la même cour. Pour autant certains s'y rendent pour le lever de soleil du nouvel an, c'est une question d'équipement et d'expérience.
En toute honnêteté je n'ai jamais gravi le mont Fuji durant la saison haute, les témoignages et les photos ont eu vite fait de me refroidir. L'ascension en file indienne se fait au rythme du plus lent et le foule au sommet digne d'un quai de métro aux heures de pointe. Je suis beau joueur voici le résultat de la recherche la plus basique qui soit: mont fuji crowd. Satisfait ? perso ça restera sans moi. 
Sans parler du droit de passage dont il faut s'acquitter depuis que Fuji-San est inscrit au patrimoine mondiale de l'unesco. 
Comme d'autres le Fuji c'est donc hors saison que je le pratique. Il est difficile de donner des dates "d'accessibilité" tant cela dépend des conditions aux sommets. A titre d'exemple voici ce que cela donnait le 19 mai de cette année:
J'étais légèrement sous-équipé pour terminer la dernière partie menant au sommet mais c'est passé malgré tout😵. Les rares que j'ai croisés étaient équipés alpin et encordée... peut être un poil excessif, mais après tout on n'est jamais trop prudent. La difficulté et le niveau d'enneigement dépendent également de la voie choisie. Gotemba toujours, est un versant très exposé au vent et se termine sur des murs de neige glacée, sans crampons ça craint mignon.
Mais revenons aux conditions optimales d'ascension, même si le Fuji et son chapeau de neige ça le fait grave comme souvenir 😝.
Voici le site officiel en anglais pour glaner les bonnes infos.
L'ascension par Gotemba Trail est donnée pour 7 heures et la descente en 3 heures. Ces valeurs s'adressent avant tout à monsieur "Toutlemonde".
Ce coup là, avec un bon rythme mais sans jouer la montre, j'ai mis 3h20 pour 2326m D+ sur environ 9 km et 1h20 pour redescendre. Avis aux amateurs, c'est une sortie qui peut se faire sur la demi-journée.
Sur ce versant la difficulté vient du sable volcanique comme je l'évoquais en préambule, ralentissant énormément la progression à l'aller, c'est une tendance totalement inverse au retour avec une incidence et un amorti tels que les enjambées sont gigantesques et la vitesse atteint des sommets (uh! uh! uh! ☺️)....gare aux chutes.
Le sable c'est 2/3 du parcours, le dernier tiers est beaucoup plus dur et accidenté malgré un chemin bien tracé, avec de la roche volcanique couverte de scories, légères mais glissantes. Mef' à la descente.
Oubliez le Mont Blanc entouré de sa chaîne montagneuse à perte de vue, ici le Mont Fuji règne en maitre absolu et c'est ce qui le rend si mythique/mystique. Paysage lunaire et désertique, c'est une autre facette du Japon qui se présente. Pour peu que vous traversiez une couche nuageuse à mi parcours et c'est carrément une autre dimension qui s'ouvre à votre regard.
La sensation de domination est ENORMMMEEuuuuhhh ....euhh non non, je n'ai pas de problème d'égo 🤔...
Certains seront peut être choqués d'une telle désolation mais je rappelle que nous sommes assis sur un volcan, ce qui est loin d'être un décor de carte postale. La page wiki résume très bien cela.
Au loin on aperçoit la péninsule d'Izu. 
Une fois au sommet il reste à faire le tour du cratère, comptez 2,5 km environ. Attention c'est glauque 😖 !!! Prochaine objectif, de nuit 👻........😱.
Par contre ne vous laissez pas tromper, ça souffle là-haut et même sans neige ça caille. On est dans le négatif en ressenti.
On aurait facilement tendance à sous-estimer le Mt Fuji, à prendre son ascension à la légère. Sortant de Tokyo, la mégalopole surpeuplée et sur-urbanisée, ce symbole du Japon à moins de 100km, visible depuis les points hauts de shinjuku par temps clair. Easy quoi !!!....Que nenni. En solo un minimum d'expérience et d'équipements sont nécessaires pour se faire plaisir en toute sécurité. On culmine tout de même à 3776m ce n'est pas rien, il faut ça pour être visible de si loin. Et surtout ça reste "le monde de la montagne".
Grand fan du seigneur des anneaux, je lui trouve des airs de Montagne du destin que n'aurait peut être pas renier JRR Tolkien. Que les fans absolus me pardonnent ce blasphème.
C'est d'ailleurs un peu ce coté là qui me pousse à revenir régulièrement. Comme une recherche de quête épique, une envie de gamin de voir des monstres chimériques sortir des entrailles de la terre.
Bon c'est pas le tout de se prendre pour Sam, mais faut penser à descendre.
L'avantage du hors-saison c'est que l'on ne croise quasiment personne, a fortiori par le versant Gotemba. Alors autant dire que ça galope sévère pour rejoindre le camp de base. Par contre durant tout le périple n'espérez ni point d'eau ni refuge, tout est fermé à double tour, j'en ai fait les frais à ma première tentative par la voie Yoshida de nuit. Y a pas à dire, c'est formateur !!!! 😰 
Quoi qu'il en soit c'est une aire de jeu des plus sympathiques, 4 chemins offrant chacun un niveau de difficulté différent, de jour ou de nuit, et la possibilité de pratiquer l'autocamp sur les parking. Tout celà à une heure de Tokyo, on aurait bien tort de s'en priver.
Il va de soi que je conseille l'expérience, revenir du Japon avec le Fuji dans ses bagages, c'est un "must do". Mais une fois encore, prudence, l'exercice demande un minimum de préparation et de condition physique. Au besoin faites moi signe 😬.



See you.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire